La Chirurgie de la Main en quelques mots


Le syndrome du canal carpien:

Picotements, fourmis dans les doigts, engourdissement, lourdeur, douleur, réveils nocturnes, lâchage d’objet, manque de force… par compression du nerf médian au poignet.
Examen à faire : l’électromyographie
Le geste chirurgical consistera, sous anesthésie locale, par voie ouverte de 2 cm en une section du ligament comprimant le nerf.
Après cela, pas de plâtre, pas de kiné.
De même, dans le coude, le nerf ulnaire peut être libéré suivant le même principe.

Le doigt à ressaut (ténosynovite sténosante):

Doigt douloureux, parfois gonflé qui reste bloqué en flexion ou en extension. Appelé aussi maladie de De Quervain.
Le diagnostic est clinique.
Le geste chirurgical, sous anesthésie locale, consistera par voie ouverte de 2 cm en une section de la poulie responsable de l’inflammation du/des tendons concerné(s).
Ensuite, attelle 1 nuit post-opératoire, après cela, l’« auto-kiné » suffit généralement.

L’épicondylite – l’épitrochléite:

Douleur latérale – médiale récalcitrante au traitement médical depuis > 4 mois.
Premièrement, examen à faire : l’échographie.
Le geste chirurgical, sous anesthésie du bras, consistera en une excision des tissus fibreux non cicatriciels des tendons épicondyliens jusqu’à retrouver un tendon sain bien vascularisé, ce qui lui permettra de bien cicatriser
Par voie ouverte 2 cm.
Après cela, pas de plâtre et pas de kiné

Les tendinites :

Au niveau de la main et du poignet, il existe différentes tendinites décrites en fonction des tendons et / ou du compartiment tendineux entrepris.
Il s’agit d’une douleur précise, reproductible et mécanique parfois accompagnée de gonflement.
En fonction de la clinique (par exemple: tendinite de Quervain, du croisement, de l’ECU..) une infiltration de cortisone doit être tentée avant un geste chirurgical.
La chirurgie est faite sous anesthésie locale.
Après cela, pas de plâtre, pas de kiné.

L’arthrose :

L’arthrose peut être invalidante au niveau des doigts et du membre supérieur.
Si celle-ci est responsable de douleur, de raideur et est invalidante dans la vie de tous les jours, il existe sûrement une chirurgie salvatrice quel que soit l’âge du patient.
La radio suffit en général.
La prothèse est la première solution d’entre elles, en fonction de l’articulation une arthrodèse partielle ou totale peut être envisagée.
Le but de la chirurgie de l’arthrose est de stopper la douleur.
Le plus important: La prothèse a même la capacité d’améliorer la mobilité.

La maladie de Dupuytren

Normalement indolore.
Le diagnostic est clinique.
A traiter à partir du moment où la main ne peut plus se poser à plat sur une table.

Les fractures :

Sujet vaste, plutôt du cas par cas.
Le plus souvent le traitement est non chirurgical.
La radio suffit en général.
On opère en cas de déplacement articulaire ou de trouble d’axe ou de rotation.
En conclusion, plus la synthèse est stable moins l’immobilisation sera longue.

Les kystes – les masses :

Les kystes confirmés en palmaire ou en dorsal , rarement douloureux ne seront enlevés qu’en cas d’échec de ponction.
Les masses gênantes, douloureuses ou qui augmentent de volume doivent être examinées et nécessitent ensuite souvent une imagerie (généralement une échographie).